Master – formation initiale

OBJECTIFS

Le deuxième cycle, d’une durée de deux ans, conduit à l’obtention du diplôme d’État d’architecte conférant le grade de master. Il permet à l’étudiant de maîtriser une pensée critique relative aux problématiques propres à l’architecture, de maîtriser la conception d’un projet architectural de manière autonome par l’approfondissement de ses concepts, méthodes et savoirs fondamentaux ; il vise la compréhension critique des processus d’édification dans leurs rapports à divers contextes et échelles, en référence aux différents usages, techniques et temporalités.
Ce cycle permet également à l’étudiant de se préparer aux différents modes d’exercice et domaines professionnels de l’architecture ainsi qu’à la recherche en architecture.
Le titulaire du DEA peut accéder, outre la conception, à toutes les fonctions de conseil, d’assistance à la maîtrise d’ouvrage, d’études techniques, d’urbanisme et d’aménagement en qualité de salarié. Les architectes diplômés d’État (ADE) peuvent également devenir agents publics de l’État ou des collectivités territoriales, pratiquer l’architecture d’intérieur, ou exercer des missions de conseil pour le compte de l’État, de particuliers ou de collectivités territoriales.

ORGANISATION DE LA FORMATION

Le  programme de master permet à l’étudiant de construire un parcours personnalisé, en accord avec ses questionnements intellectuels et ses projections professionnelles.

Pour structurer et articuler la conception du projet avec une démarche d’étude et/ou de recherche, les enseignants ont choisi quatre domaines d’études (DE). Ces DE correspondent aux grands sujets qui animent le monde de l’architecture d’aujourd’hui :
DE 1 Inventer dans l’existant
 DE 2 Espaces critiques – Architectures et Urbanités à l’épreuve de la métropolisation
 DE 3 Architecture : résilience – santé
 DE 4 Narrations et expérimentations formelles

Les domaines d’études (DE) constituent une structure d’organisation qui permet d’associer plusieurs types d’enseignements (UE de projet long, UE de mémoire, UE thématique, théorique, méthodologique, UE de projet court intra DE). Les UE de projets courts EXTRA DE constituent des opportunités pour échanger entre les DE. Tous les enseignements de chaque DE peuvent s’y associer.

La formation se déroule en quatre semestres minimum et en six maximum. Les enseignements sont regroupés en cinq familles d’unités d’enseignements (UE) :
– Les UE « P » qui regroupent pour chaque semestre les enseignements liés aux apprentissages de la théorie et des pratiques de la conception architecturale
– Les UE « T » qui regroupent les enseignements théoriques et/ou thématiques pluridisciplinaires au choix. Elles permettent d’approfondir les connaissances et les savoir-faire dans divers domaines y compris dans les langues étrangères.
– Les UE « M » qui regroupent les enseignements qui encadrent la définition, la structuration et la rédaction du mémoire de master (mémoire de recherche et/ou d’étude)
– L’UE « S » qui correspond à la période de stage de master dit « stage de première pratique »

L’étudiant peut occuper diverses positions durant son cursus:
Les périodes de formation à l’école sont réparties en deux semestres : un semestre de projet long qui peut être articulé au mémoire et aux UET et un semestre de PFE . Pour chacun de ces semestres, l’étudiant choisit un domaine d’étude. Le projet long et le PFE peuvent être suivis au sein du même DE, ou de deux DE différents. L’étudiant choisit également deux projets courts (un projet court intra DE et un projet court extra DE)
Les périodes de formation hors école se traduisent par la mobilité académique et le stage de formation pratique. Le stage est désormais intégré dans le temps pédagogique du semestre et sa durée est de 4 mois.
La période de césure qui permet à l’étudiant d’interrompre ses études pendant un ou deux semestres tout en gardant le statut étudiant. Le projet de césure doit être validé par la commission d’orientation qui se tient à chaque fin de semestre et ne fait pas l’objet d’une validation d’ECTS.
Enfin, l’étudiant en master peut valoriser son engagement dans un projet personnel étudiant (PPE), qui lui permet de capitaliser jusqu’à 3 ECTS sur les 12 à obtenir pour la validation des UE thématiques de master.

SYNOPSIS

Téléchargez : l’offre de l’année universitaire 2019/2020 

https://le.nantes.archi.fr/wp-content/uploads/2019/11/Synopsis-master-automne-2019-2020-pour-le-livret.pdf

https://le.nantes.archi.fr/wp-content/uploads/2019/11/Synopsis-master-printemps-2019-2020-pour-livret.pdf

VALIDATION

Pour valider la formation, l’étudiant doit avoir réuni :
120 ECTS obtenus grâce à la validation d’enseignements :
o Conception architecturale et urbaine : 2 projets courts, 3 projets longs dont le PFE (y compris celui réalisé en mobilité)
o Connaissances théoriques, thématiques et professionnelles
o Ecriture d’un mémoire de recherche et/ou d’étude
o Stage pratique d’une durée de 4 mois minimum

Une certification en langue étrangère 785 points au TOEIC (Anglais) ou 3.5 points au BRIGHT (Espagnol, Allemand)

Une expérience internationale

Semestre d’automne

DE 1

Inventer dans l’existant

Constat et problématique :

Il est plus que nécessaire de former des architectes conscients des enjeux de l’existant pris dans un sens large et en prenant en compte la notion de cycles successifs de vies d’un même site et des usages s’y rapportant :

– renouveler et diversifier les usages dans l’existant (re-programmation) des édifices ou infrastructures du XX° siècle (urbanisme de dalles, ensembles imbriqués…) ou typologies monofonctionnelles (grands ensembles, lotissements…)

– inventer la transition énergétique dans l’existant par des réponses à la fois respectueuses et inventives contre la dégradation du climat et ses conséquences pour les habitants,

– intégrer dans les cycles de vie le réemploi des matériaux, des espaces, des usages, des savoir-faire…

– imaginer les mutations (reconversion) des friches d’ensembles monofonctionnels (militaires, hospitaliers, productifs, culturels, cultuels)…

– intervenir sur les bâtiments existants des centres anciens des petites et moyennes communes qui se dépeuplent au profit d’extensions pavillonnaires où de la construction de quartiers clefs en main.

 

Former des architectes compétents, capables d’un diagnostic pointu (expertise), non seulement technique (confort, équipements, matière…) mais qui s’inscrit également dans une histoire de l’architecture et de la ville (typologies, modes de vie, usages…) et qui se nourrit d’autres récits (littéraires, artistiques, mémoire, utopies…). A l’heure où près de 70% des activités de construction concernent le « construire dans le construit », la question ne fait plus débat sur la nécessité de cet enseignement dans la formation initiale. Elle constitue le deuxième axe de la stratégie nationale pour l’architecture[1].

 

Les situations concrètes sur lesquelles va travailler l’équipe

Les modalités d’action recouvrent un grand nombre de situations : réhabilitation, restructuration, extensions, remodelage, surélévations, confortements et réemploi, réutilisation, affectations temporaires… Le patrimoine architectural du XX ° siècle, riche d’hypothèses, d’inventions et d’expérimentation peut également se traduire par des questionnements sur ce qui n’a pas été construit en interrogeant les fictions littéraires, musicales, artistiques mais aussi architecturales (de Ledoux aux Métabolistes par exemple ) que l’architecture de cette période a pu intégrer ou générer.

 

Compétences à acquérir :

Les enseignements de projet, les workshops, les enseignements théoriques et les séminaires de recherche visent à acquérir des savoirs et des savoir-faire nécessaires à l’appréhension des enjeux cités plus haut :

  • Analyser par la pratique du relevé, par le diagnostic technique, historique, spatial, urbain, social, sensible, par les cycles de vie au sens large, par la modélisation et la reconstruction numérique,
  • Concevoir par l’identification des dispositions architecturales, en imbriquant des échelles d’intervention et d’expertise, des mises en œuvre constructives, la recherche des conditions de confort et des ambiances pour les futurs usagers,
  • Représenter et restituer par le dessin d’architecture, et la maquette
  • Critiquer pour pousser le travail conceptuel, théorique et de recherche dans ses limites et inciter à proposer des solutions innovantes et viables.

 

Partenariats possibles :

DRAC, ADEME, Nantes Métropole, Réinventer la Seine, Municipalités, DDT et DDTM, mission ANRU, services de l’inventaire, industriels dans le domaine des matériaux, Ecoles d’ingénieurs, autres ENSA avec la mise en place d’un réseau (Architecture, Patrimoine et Création) inter-écoles avec un conseil scientifique [2]

[1] Prendre en compte l’héritage architectural des XXe et XXIe siècles et développer l’intervention architecturale pour valoriser et transformer le cadre bâti existant :
– Renforcer la formation initiale et continue des architectes sur l’intervention sur l’existant
– Valoriser les quartiers prioritaires par l’architecture en partenariat avec les acteurs de leur renouvellement

 

[2] L’enseignement de la réhabilitation en France » programme de recherche PUCA/ Requalification à haute performance énergétique de l’Habitat (REHA) Virgine Thomas PUCA, Jean-Bernard Cremnitzer ENSA Normandie

DE 2

Espaces critiques – Architectures et urbanités à l’épreuve de la métropolisation

Le projet comme espace critique

Ce département propose de former à la fabrique du projet d’architecture ou d’urbanisme, de petite ou de grande échelle, en proposant aux étudiants de développer un espace critique quant à nos manières d’intervenir sur les territoires, en évitant l’écueil d’une vision consensuelle des réalités territoriales, en interrogeant les contradictions spatiales que notre société produit. Dans cette perspective, le projet ne cherche pas simplement des réponses, mais pose aussi des questions, et interpelle le réel. A la fois récit temporel et spatial, il combine et associe entre eux différents contenus et disciplines, c’est un art de l’assemblage qui permet de produire un ensemble à partir d’éléments hétéroclites. Le projet, en tant que démarche itérative associant différentes intuitions, expériences, hypothèses, induit des processus d’imbrications complexes de savoirs pratiques articulés à des savoirs théoriques. Ce département pose la question du croisement de la recherche et de la pratique, l’idée d’une activité de recherche mobilisant les connaissances acquises par la pratique du projet, par l’expérimentation concrète de la question opérationnelle.

La dimension du faire, la sensibilité à l’habiter, l’attention critique à l’existant, aux matérialités et aux ambiances environnantes, la prospective des mutations urbaines et de leurs conséquences écologiques, économiques et politiques, la connaissance des pratiques professionnelles sont également des traverses partagées par les équipes enseignantes convaincues des enjeux combinés du learning by doing des démarches de pratique du projet et de la critique théorique.

 

Questionner la métropolisation

La métropolisation est-elle l’aiguillon et le moteur des sociétés contemporaines ? Comment qualifier ses ressorts et ses conséquences ? Comment l’imaginer, moins duale et plus inclusive ? Comment qualifier les limites, les confins des métropoles ? Que génèrent-elles tout contre : du périurbain, du péri-métropolitain ? Quels équipements et quels modes d’habiter nécessitent-elles ? Quel est leur ordinaire ? Sont-elles des abris ou plutôt des contreforts ?

Ces questionnements renvoient aux compétences et préoccupations pédagogiques d’un département mettant au centre de ses enjeux la question urbaine, à la fois anthropologique, politique, urbanistique et architecturale. Un certain nombre de principes qualifient aussi bien les enseignements de projet que ceux plus analytiques : les articulations entre recherche et projet ; des approches trans-scalaires (du local au mondial et retour), des portées réalistes critiques (à partir des problématiques émergentes et du repérage du champ aveugle des politiques publiques), des approches impliquées, immergées et sensibles aux territoires arpentés et projetés ; des approches par les situations et par les expérimentations contextuelles et relationnelles.

DE 3

Architecture: nature - résilience - santé

Le DE Architecture : Nature – Résilience – Santé (A:NRS) a pour objectif de mettre les processus de conception et de fabrication de l’architecture à l’épreuve de trois enjeux contemporains majeurs (nature, résilience, santé) sous la forme de trois axes de travail transversaux à l’ensemble des enseignements du DE (studio de projet, séminaires de mémoire, UET, cycles de conférences et débats) :

  • Natures : La relation nature / culture comme levier d’adaptation de la construction de la ville et de l’architecture à l’ère de l’anthropocène.
  • Temps : Objet d’étude architectural dans l’approche des mutations urbaine et nouvel outil de conception qui s’intéresse aux changements d’états du corps et de la ville.
  • Climats : L’architecture et la ville en tant que constructions sensibles étudiées par l’approche interdisciplinaire des ambiances, étant les questions d’environnement et du bien-être en ville dans le cœur du sujet.

Approche

L’interdisciplinarité et la diversité des approches du domaine d’étude seront abordés selon différents dispositifs pédagogiques de mutualisation des contributions et selon un recentrement général du DE sur l’échelle constructive du projet architectural : celle du bâtiment, de la construction et de la matière.

  • Temps introductif : séminaire début du semestre valorisant des expériences et savoirs étudiants (mobilisation stage et expérience internationale sur la problématique).
  • Cours théoriques et conférences : cours et interventions mutualisées.

Séminaires regards croisés et jurys : des espace-temps de présentations communes proposés de manière transversale au DE3.

DE 4

Narrations et expérimentations formelles

Présentation générale

Le DE4 propose d’aborder le projet dans une démarche de conception narrative.

La narration est ici considérée comme un moyen de faire projet, c’est à dire de configurer en une entité de forme perceptible (une scénographie, un dispositif, une forme architecturale, un espace urbain ou un fragment de paysage), une diversité de questions. La narration contribue à rendre présent ce qui est (encore) absent.

La conception narrative engage un mouvement de traduction depuis la pensée, vers une matérialité perceptible, préhensible et kinesthésique.

 Les formes architecturales attendues devront donner à lire les récits qui les ont portés : structures et franchissements, espaces de monstration, espaces de performance, espaces mobiles, espaces d’habitation pérennes ou temporaires. Le travail du projet s’efforcera d’intégrer la question du temps comme outil de conception : transformer, déplacer, dégrader, adapter de nouveaux besoins seront autant de contraintes travaillées, que de matière à penser le projet. Pour cela, une attention à la spatialité, à la matérialité et aux ambiances seront particulièrement travaillées.

 Le DE4 se positionne dans des formes architecturales spectaculaires et mobiles : structures pour de grands franchissements, musées et salles de spectacles, dispositifs pour expositions, décors de film, petits habitats mobiles, hôtelleries insolites, centres d’interprétation patrimoniaux. Ces architectures ont pour caractéristiques de se transformer, soit pour se déplacer, soit pour répondre à des contraintes de temporalité d’usages, soit pour s’adapter à de nouveaux besoins. Pour cela, le choix des matériaux, des assemblages, de l’économie de moyens sont des données essentielles qui accompagnent en outre, une réflexion fine sur la lumière, le son, la thermique, les flux et la temporalité des usages.

 Le DE4 explore de nouvelles formes du projet autour de trois attracteurs :

  • la conception narrative, qui consiste à concevoir, révéler ou accompagner ce qui fait récit aussi bien dans les phases d’analyse, de conception que de restitution
  • les outils numériques, qui sont mobilisés pour enregistrer l’existant, concevoir toutes les formes imaginées, assembler et organiser des données, simuler la complexité, raconter le projet en temps réel et en immersion et enfin prototyper le projet ou des parties de projet à différentes échelles.
  • les outils de prototypage et machines de fabrication

 Il se nourrit et interroge les complémentarités d’approches entre numérique et analogique.

 Pédagogie

L’approche pédagogique que nous développons de façon intra et transdisciplinaire contient trois objectifs se déclinant ainsi :

  • un objectif méthodologique pour l’acquisition des compétences conceptuelles et techniques nécessaires à la définition et à la conception du projet.
  • un objectif notionnel afin d’identifier les repères fondamentaux concernant les données actionnantes et les données actionnées.
  • un objectif culturel permettant de relier les connaissances fondamentales à leur pratique dans le projet.

Les trois objectifs pédagogiques progressent parallèlement et forment un ensemble cohérent qui se développe tout au long de la scolarité.

La pédagogie du DE cherche à construire un ensemble de compétences qui s’expriment ainsi :

  • Raconter : transmettre les intentions conceptuelles du projet.
  • Mesurer : maîtriser l’ensemble des dimensions du projet.
  • Qualifier : nommer correctement les éléments du, et hors du projet.
  • Représenter : maîtriser les outils de restitution, organiser l’espace et la temporalité.
  • Construire : passer à la fabrication dans des cadres de coopérations adaptés avec des partenaires extérieurs à l’école
A-UEX

Enseignements transversaux automne

Allemand

Anglais

Droit de l’urbanisme

Espagnol

Projections professionnelles

Cultures professionnelles

Stage de formation pratique

Semestre de printemps

DE1

Inventer dans l'existant (Printemps)

Constat et problématique :

Il est plus que nécessaire de former des architectes conscients des enjeux de l’existant pris dans un sens large et en prenant en compte la notion de cycles successifs de vies d’un même site et des usages s’y rapportant :

– renouveler et diversifier les usages dans l’existant (re-programmation) des édifices ou infrastructures du XX° siècle (urbanisme de dalles, ensembles imbriqués…) ou typologies monofonctionnelles (grands ensembles, lotissements…)

– inventer la transition énergétique dans l’existant par des réponses à la fois respectueuses et inventives contre la dégradation du climat et ses conséquences pour les habitants,

– intégrer dans les cycles de vie le réemploi des matériaux, des espaces, des usages, des savoir-faire…

– imaginer les mutations (reconversion) des friches d’ensembles monofonctionnels (militaires, hospitaliers, productifs, culturels, cultuels)…

– intervenir sur les bâtiments existants des centres anciens des petites et moyennes communes qui se dépeuplent au profit d’extensions pavillonnaires où de la construction de quartiers clefs en main.

 

Former des architectes compétents, capables d’un diagnostic pointu (expertise), non seulement technique (confort, équipements, matière…) mais qui s’inscrit également dans une histoire de l’architecture et de la ville (typologies, modes de vie, usages…) et qui se nourrit d’autres récits (littéraires, artistiques, mémoire, utopies…). A l’heure où près de 70% des activités de construction concernent le « construire dans le construit », la question ne fait plus débat sur la nécessité de cet enseignement dans la formation initiale. Elle constitue le deuxième axe de la stratégie nationale pour l’architecture[1].

 

Les situations concrètes sur lesquelles va travailler l’équipe

Les modalités d’action recouvrent un grand nombre de situations : réhabilitation, restructuration, extensions, remodelage, surélévations, confortements et réemploi, réutilisation, affectations temporaires… Le patrimoine architectural du XX ° siècle, riche d’hypothèses, d’inventions et d’expérimentation peut également se traduire par des questionnements sur ce qui n’a pas été construit en interrogeant les fictions littéraires, musicales, artistiques mais aussi architecturales (de Ledoux aux Métabolistes par exemple ) que l’architecture de cette période a pu intégrer ou générer.

 

Compétences à acquérir :

Les enseignements de projet, les workshops, les enseignements théoriques et les séminaires de recherche visent à acquérir des savoirs et des savoir-faire nécessaires à l’appréhension des enjeux cités plus haut :

  • Analyser par la pratique du relevé, par le diagnostic technique, historique, spatial, urbain, social, sensible, par les cycles de vie au sens large, par la modélisation et la reconstruction numérique,
  • Concevoir par l’identification des dispositions architecturales, en imbriquant des échelles d’intervention et d’expertise, des mises en œuvre constructives, la recherche des conditions de confort et des ambiances pour les futurs usagers,
  • Représenter et restituer par le dessin d’architecture, et la maquette
  • Critiquer pour pousser le travail conceptuel, théorique et de recherche dans ses limites et inciter à proposer des solutions innovantes et viables.

 

Partenariats possibles :

DRAC, ADEME, Nantes Métropole, Réinventer la Seine, Municipalités, DDT et DDTM, mission ANRU, services de l’inventaire, industriels dans le domaine des matériaux, Ecoles d’ingénieurs, autres ENSA avec la mise en place d’un réseau (Architecture, Patrimoine et Création) inter-écoles avec un conseil scientifique [2]

[1] Prendre en compte l’héritage architectural des XXe et XXIe siècles et développer l’intervention architecturale pour valoriser et transformer le cadre bâti existant :
– Renforcer la formation initiale et continue des architectes sur l’intervention sur l’existant
– Valoriser les quartiers prioritaires par l’architecture en partenariat avec les acteurs de leur renouvellement

 

[2] L’enseignement de la réhabilitation en France » programme de recherche PUCA/ Requalification à haute performance énergétique de l’Habitat (REHA) Virgine Thomas PUCA, Jean-Bernard Cremnitzer ENSA Normandie

DE2

Espaces critiques - Architectures et urbanités à l'épreuve de la métropolisation (Printemps)

Le projet comme espace critique

Ce département propose de former à la fabrique du projet d’architecture ou d’urbanisme, de petite ou de grande échelle, en proposant aux étudiants de développer un espace critique quant à nos manières d’intervenir sur les territoires, en évitant l’écueil d’une vision consensuelle des réalités territoriales, en interrogeant les contradictions spatiales que notre société produit. Dans cette perspective, le projet ne cherche pas simplement des réponses, mais pose aussi des questions, et interpelle le réel. A la fois récit temporel et spatial, il combine et associe entre eux différents contenus et disciplines, c’est un art de l’assemblage qui permet de produire un ensemble à partir d’éléments hétéroclites. Le projet, en tant que démarche itérative associant différentes intuitions, expériences, hypothèses, induit des processus d’imbrications complexes de savoirs pratiques articulés à des savoirs théoriques. Ce département pose la question du croisement de la recherche et de la pratique, l’idée d’une activité de recherche mobilisant les connaissances acquises par la pratique du projet, par l’expérimentation concrète de la question opérationnelle.

La dimension du faire, la sensibilité à l’habiter, l’attention critique à l’existant, aux matérialités et aux ambiances environnantes, la prospective des mutations urbaines et de leurs conséquences écologiques, économiques et politiques, la connaissance des pratiques professionnelles sont également des traverses partagées par les équipes enseignantes convaincues des enjeux combinés du learning by doing des démarches de pratique du projet et de la critique théorique.

 

Questionner la métropolisation

La métropolisation est-elle l’aiguillon et le moteur des sociétés contemporaines ? Comment qualifier ses ressorts et ses conséquences ? Comment l’imaginer, moins duale et plus inclusive ? Comment qualifier les limites, les confins des métropoles ? Que génèrent-elles tout contre : du périurbain, du péri-métropolitain ? Quels équipements et quels modes d’habiter nécessitent-elles ? Quel est leur ordinaire ? Sont-elles des abris ou plutôt des contreforts ?

Ces questionnements renvoient aux compétences et préoccupations pédagogiques d’un département mettant au centre de ses enjeux la question urbaine, à la fois anthropologique, politique, urbanistique et architecturale. Un certain nombre de principes qualifient aussi bien les enseignements de projet que ceux plus analytiques : les articulations entre recherche et projet ; des approches trans-scalaires (du local au mondial et retour), des portées réalistes critiques (à partir des problématiques émergentes et du repérage du champ aveugle des politiques publiques), des approches impliquées, immergées et sensibles aux territoires arpentés et projetés ; des approches par les situations et par les expérimentations contextuelles et relationnelles.

DE3

Architecture: Nature - résilience - santé (printemps)

Le DE Architecture : Nature – Résilience – Santé (A:NRS) a pour objectif de mettre les processus de conception et de fabrication de l’architecture à l’épreuve de trois enjeux contemporains majeurs (nature, résilience, santé) sous la forme de trois axes de travail transversaux à l’ensemble des enseignements du DE (studio de projet, séminaires de mémoire, UET, cycles de conférences et débats) :

  • Natures : La relation nature / culture comme levier d’adaptation de la construction de la ville et de l’architecture à l’ère de l’anthropocène.
  • Temps : Objet d’étude architectural dans l’approche des mutations urbaine et nouvel outil de conception qui s’intéresse aux changements d’états du corps et de la ville.
  • Climats : L’architecture et la ville en tant que constructions sensibles étudiées par l’approche interdisciplinaire des ambiances, étant les questions d’environnement et du bien-être en ville dans le cœur du sujet.

Approche

L’interdisciplinarité et la diversité des approches du domaine d’étude seront abordés selon différents dispositifs pédagogiques de mutualisation des contributions et selon un recentrement général du DE sur l’échelle constructive du projet architectural : celle du bâtiment, de la construction et de la matière.

  • Temps introductif : séminaire début du semestre valorisant des expériences et savoirs étudiants (mobilisation stage et expérience internationale sur la problématique).
  • Cours théoriques et conférences : cours et interventions mutualisées.

Séminaires regards croisés et jurys : des espace-temps de présentations communes proposés de manière transversale au DE3.

DE4

Narrations et expérimentations formelles (printemps)

Présentation générale

Le DE4 propose d’aborder le projet dans une démarche de conception narrative.

La narration est ici considérée comme un moyen de faire projet, c’est à dire de configurer en une entité de forme perceptible (une scénographie, un dispositif, une forme architecturale, un espace urbain ou un fragment de paysage), une diversité de questions. La narration contribue à rendre présent ce qui est (encore) absent.

La conception narrative engage un mouvement de traduction depuis la pensée, vers une matérialité perceptible, préhensible et kinesthésique.

 Les formes architecturales attendues devront donner à lire les récits qui les ont portés : structures et franchissements, espaces de monstration, espaces de performance, espaces mobiles, espaces d’habitation pérennes ou temporaires. Le travail du projet s’efforcera d’intégrer la question du temps comme outil de conception : transformer, déplacer, dégrader, adapter de nouveaux besoins seront autant de contraintes travaillées, que de matière à penser le projet. Pour cela, une attention à la spatialité, à la matérialité et aux ambiances seront particulièrement travaillées.

 Le DE4 se positionne dans des formes architecturales spectaculaires et mobiles : structures pour de grands franchissements, musées et salles de spectacles, dispositifs pour expositions, décors de film, petits habitats mobiles, hôtelleries insolites, centres d’interprétation patrimoniaux. Ces architectures ont pour caractéristiques de se transformer, soit pour se déplacer, soit pour répondre à des contraintes de temporalité d’usages, soit pour s’adapter à de nouveaux besoins. Pour cela, le choix des matériaux, des assemblages, de l’économie de moyens sont des données essentielles qui accompagnent en outre, une réflexion fine sur la lumière, le son, la thermique, les flux et la temporalité des usages.

 Le DE4 explore de nouvelles formes du projet autour de trois attracteurs :

  • la conception narrative, qui consiste à concevoir, révéler ou accompagner ce qui fait récit aussi bien dans les phases d’analyse, de conception que de restitution
  • les outils numériques, qui sont mobilisés pour enregistrer l’existant, concevoir toutes les formes imaginées, assembler et organiser des données, simuler la complexité, raconter le projet en temps réel et en immersion et enfin prototyper le projet ou des parties de projet à différentes échelles.
  • les outils de prototypage et machines de fabrication

 Il se nourrit et interroge les complémentarités d’approches entre numérique et analogique.

 Pédagogie

L’approche pédagogique que nous développons de façon intra et transdisciplinaire contient trois objectifs se déclinant ainsi :

  • un objectif méthodologique pour l’acquisition des compétences conceptuelles et techniques nécessaires à la définition et à la conception du projet.
  • un objectif notionnel afin d’identifier les repères fondamentaux concernant les données actionnantes et les données actionnées.
  • un objectif culturel permettant de relier les connaissances fondamentales à leur pratique dans le projet.

Les trois objectifs pédagogiques progressent parallèlement et forment un ensemble cohérent qui se développe tout au long de la scolarité.

La pédagogie du DE cherche à construire un ensemble de compétences qui s’expriment ainsi :

  • Raconter : transmettre les intentions conceptuelles du projet.
  • Mesurer : maîtriser l’ensemble des dimensions du projet.
  • Qualifier : nommer correctement les éléments du, et hors du projet.
  • Représenter : maîtriser les outils de restitution, organiser l’espace et la temporalité.
  • Construire : passer à la fabrication dans des cadres de coopérations adaptés avec des partenaires extérieurs à l’école
P-UEX

Enseignements transversaux printemps

Allemand

Anglais

Droit de l’urbanisme

Espagnol

Projections professionnelles

Cultures professionnelles

Stage de formation pratique